Diesel : à quoi ça tient la communication…

Septembre 2015, le monde découvre que le diesel (et la voiture en général) pollue. Et nous téléspectateurs découvrons que la langue de bois n’est vraiment pas réservée aux politiques.

Les experts (journalistes spécialisés, ingénieurs automobiles et tous ceux qui ont un rapport, proche ou lointain, avec les moteurs) se succèdent sur les plateaux. L’un d’eux (porte-parole du comité des constructeurs français d’automobiles) nous explique doctement dans le C dans l’air du 23 septembre, qu’effectivement, ce n’est pas bien de la part de Vw de trahir la confiance que les conducteurs ont mis à l’intérieur de ses véhicules tricher, mais qu’une fraude de ce type n’est pas possible venant des constructeurs français. Pensez-vous, la voiture diesel française ne pollue pas tant que ça respecte les normes.

En balayant le fait que ces dernières ne sont pas les mêmes en Europe (l’Européen, c’est bien connu, est beaucoup plus sensible au CO2 qu’à l’oxyde d’azote. C’est un peu l’équivalent du pipi de chat par rapport au popo du bouledogue)… Et le fait que le diesel français (fleuron d’une industrie qui se concentre sur les marchés des pays émergents) n’est absolument pas présent en Amérique. Sans doute parce que les voitures françaises rouillent aux États-Unis.

Garage Vw by Bilderandi - CC0 Public domain Pixabay
Garage Vw by Bilderandi – CC0 Public domain Pixabay

Bref, c’est un mensonge allemand… de toute façon, c’est toujours la faute de l’Allemagne (les migrants, la Grèce, l’obésité à cause des saucisses et de la bière…) Et comme dit en introduction par Yves Calvi : PSA et Renault ont affirmés ne pas avoir eu recours aux mêmes pratiques que la firme allemande puisqu’ils ne sont pas présents aux États-Unis.

Quelques jours plus tard, on apprend que certains moteurs sont bridés lors des tests. Et même des moteurs de voitures françaises. Comment ? Mais le monsieur avait dit… Oui, le monsieur avait dit « une fraude de ce type », « ne pas avoir recours aux mêmes pratiques » souvenez-vous.

La preuve encore que l’art d’une bonne communication passe par le fait de savoir regarder le vide tout en restant sur la crête…

Oui, la voiture tue. Que ce soit doucement par pollution ou plus rapidement par accident*.

voiture dans une main d'enfant
Voiture et enfant – Photo by venturaartist CC0 Public domain Pxiabay
  • En octobre, on apprend que Fiat aurait caché certains accidents graves causés par des défaillances techniques.

Le FN a t-il les sympathisants qu’il mérite ?

Misogynes, violents, sexistes, menaçants, abjects ?

On peut penser ce que l’on veut des Femen. On peut également penser ce que l’on veut du FN, du parti, de son orientation et de sa tête (englobant père, fille, nièce et Saint-Philippot des médias). On peut penser d’ailleurs ce que l’on veut de ces mêmes médias, mais…


1er mai : quand les Femen s’invitent au défilé… par leparisien
 

« Tuez-la, tuez-la putain, salope, sale putain, au bucher… »

Très peu de mots dans les journaux sur ces insultes et menaces. Pour quelles raisons ? Parce que ces violences n’émanent ni de la tête du parti ni de son service d’ordre mais « juste » de sympathisants ?

Mais quand pour un parti politique l’avortement, qui reste une liberté pour la femme de disposer de son corps, n’est pas (plus) un droit fondamental mais se transforme en geste de « confort » . Quand la moitié de l’humanité est reléguée à un rôle domestique par une Marine Le Pen elle-même pour qui « le progrès pour les femmes, c’est de rester à la maison ». Quand au Parlement européen, la majorité des députés du FN vote contre un texte invitant à une place paritaire dans l’économie et le marché du travail (entre autres). Quand le spectre d’une politique nataliste (dixit Mme Le Pen) telle qu’elle fut mise en place sous vichy vient hanter une possible élection en 2017…

Ce parti-là a sans doute les sympathisants qu’il mérite.

Et contrairement aux idées si souvent véhiculées par l’extrême droite, les violences misogynes d’hier ne sont pas venues de l’autre, l’étranger (l’islamiste). Mais bien de son voisin, le « français de souche », celui qui vote FN et qui criait « tuez-la… »

Mesdames et messieurs les journalistes, il serait bon que les femmes s’en souviennent lors des élections en 2017 et en décembre 2015.

Voiture(s)

Il est mort sans un bruit dans sa voiture garée sur le parking de l’hôpital de Melun. C’était son seul toit depuis six mois.

Et à seulement 60 km de là, on dépensait 14,2 millions pour acquérir une Ferrari California ayant appartenu à Monsieur Alain Delon.

Les deux (la voiture et lui) étaient nés en 1961.

 junk-371246_640

 

De la liberté de la fermer…(aussi)

À force de lire, de-ci de-là, tous ces gens « autorisés » à donner leur interprétation et leur avis. Tous ces politiques, philosophes, journalistes, humoristes même-les-pas-drôles (et ne voyez aucun ordre dans cette liste où, d’ailleurs, manque aussi les pédopsychiatres, les universitaires de tout poils, les éditorialistes, les…), à force de les entendre ces personnalités « publiques », dans des émissions « spéciales » qui n’ont plus rien de « spécial » que leur nom tellement elles finissent par se ressembler.

À force de lire aussi les blogueurs, leurs suiveurs, les commentaires, les forums, ce cher web 2.0 où chacun donne son avis, même parfois le plus nauséeux, sous couvert de liberté d’expression à si justement défendre.

À force de voir les queues devant les kiosques et les vendeurs de journaux (et l’idée du rationnement qui me vient, sauf qu’il s’agit là, du rationnement d’un journal que le dixième de la queue n’a jamais lu et n’aurait jamais lu) et de voir le tirage de Charlie enfler (hier 3 millions, puis 5, puis 7 et…)*

À force d’écouter les alarmistes, les pessimistes, les optimistes, les populistes, les intégristes (de tout bord), les polémistes, les « istes » en général… Et puis ceux pour qui il ne peut y avoir de « mais », ceux pour qui il y a un « mais », ceux pour qui il faut remplacer ce « mais » par un « et »…

Et maintenant que les sondages s’en mêlent,

J’oppose (pour moi et pour d’autres) à la liberté d’expression, la liberté de la fermer et de réfléchir… ne serait-ce qu’un temps.

Le temps de retrouver un peu de sérénité avant de l’ouvrir à nouveau !
sea-432339_640

*Oui, vous pouvez relire cette phrase

 

Ce que l’on va faire de ça…

Il faudrait en faire quelque chose de beau et de bon. Comme eux l’étaient. Quelque chose qui ressemblerait à un sursaut de démocratie, de liberté, de solidarité… mais pas pour de faux.

Il faudrait, une fois la tristesse, la peur et la colère passées et remisées à leur place (là, au fond du ventre, tout au fond), garder la conscience de ce qu’ils ont tenté de tuer. Et du « pourquoi » ils ont voulu le faire…

Il faudrait, prendre la mesure de notre chance à tous de vivre dans une démocratie où, jusqu’à maintenant et encore pour longtemps j’espère, notre parole est libre. Il faudrait la saisir à plein corps, cette démocratie, comme on aurait voulu saisir à plein corps, pour leur insuffler la vie, ceux qui se vidaient de leur sang, hier, dans cette ignominie.

Il faudrait, alors que l’on a tant de moyens d’expressionS (de libertéS d’expressionS) dire ce qu’elle est pour nous cette démocratie. Raconter comment elle s’est bâtie dans le sang, dans la douleur et dans le sacrifice d’hommes et de femmes qui l’ont rêvé pour nous et ont osé l’espérer. La raconter pour combattre l’ignorance, la bêtise et la méconnaissance qui mènent à la haine de l’autre. De tous les autres…

Il faudrait s’investir, comme eux l’ont fait, avec leurs dessins, leurs articles, sans armes, sans violences, sans haineS.

Parce que la haine n’appelle que la haine.

Ils ont tué l’enfance de la République, l’enfance de la Démocratie, ce moment où l’on croit que tout est possible, que tout est acquis et que l’on est invincible. Il faudrait passer à l’âge adulte, ce moment où l’on sait que l’on est responsable de ce que l’on est, de ce que l’on fait d’une société où, jusqu’à preuve du contraire et même si nous ne sommes pas toujours d’accord entre nous, nous évoluons et vivons ensemble…

rassemblement-Charlie-Hebdo-a-Paris-1280-640